#16

 

GIOVANNI MIRABASSI TRIO

INVITE

SARAH LANCMAN

 

 

JEUDI 22 FÉVRIER - 20H30

  CHEVAL BLANC  - SCHILTIGHEIM

 

 

 

Le velours de Sarah Lancman

 

André Manoukian / France inter / MANOUK' & CO

mercredi 17 janvier 2018

 

Dans le jeu du pianiste Giovanni Mirabassi, il y a du contrepoint, de l'ornementation, un touché au détaché précieux. Pas de pédale d'expression, celle qui fait résonner les notes quand on veut faire de l'effet. Pas d'effet, non, mais de la litote, la loi du less is more, on dit tellement plus en en faisant moins.

Elle, Sarah Lancman, du velours dans la voix, le souffle des grandes, la respiration juste des mots et des intentions. Pas d'affect, pas de tremolo, pas de surenchère vocale alors qu'elle monte dans les sommets sans problèmes et descend si bas pour faire résonner nos corps.

Il y a deux corps, mais une seule pulsation. Le corps de la chanteuse et du pianiste sont reliés dans la courbure de la table d'harmonie. Accompagner une chanteuse, c'est un acte d'amour, sinon ça sonne pas, c'est faire la place entre ses doigts à la voix...

 

Une association pareille ferait fondre les coeurs les plus endurcis..

Deux chats, deux matous qui se cherchent, se caressent, s'évitent, se font des politesses..

Quand le velours se frotte au velours, quand la délicatesse rencontre la douceur, quand la subtilité rencontre l'élégance, on est loin du fracas du monde, on est à des années lumières du tohu bohu..

C'est par la musique qu'Orphée, le héros grec,  civilise le monde, c'est par son chant, qu'il rend les lions doux comme des agneaux et qu'il ramollit les pierres..

La musique, pour les grecs, c'est ce qui transforme le chaos en cosmos, le désordre en harmonie..

 

C'est forcément mystique un musicien de jazz ?

Forcément Nicolas, on ne peut pas faire l'économie du sacré quand on écoute ces entremêlements, ces circonvolutions, cette voix et ces doigts, cet air sorti d'une gorge et ces notes égrennées sur un clavier.. 

On est au delà de l'échange. Dans le jazz, chacun est à l'écoute de l'autre. Le jazz, c'est l'art du dialogue..  

Un phrasé engendre une réponse, et plus il est beau et plus ça inspire l'autre qui sort des notes qu'il n'aurait jamais joué seul. 

Le jazz, c'est 1 + 1 = 3.

Le jazz, c'est créer une pulsation partagée, un coeur battant d'un être qui nous dépasse et qui nous réunit..

Lorsque ce dépassement est atteint, alors le job est fait...

 

L'album de Sarah Lancman s'appelle "A contretemps", il sort le 19 janvier, dans deux jours, en plus de Giovanni Mirabassi au piano, il y a Toku, trompettiste chanteur et japonais, Gianluca Renzi  à la Contrebasse et Gene Jackson à la Batterie, parce que dans le jazz, on cite les noms des musiciens..