Enrico Rava : aujourd'hui / avant

Sur Facebook Enrico Rava nous parle de cette période confinée et se retourne vers un avant.

L'occasion de le retrouver dans ces Grands entretiens avec Ivan Amar diffusés par France Musique en mai 2020. Cinq séquences d'avant, paroles et musiques, passionnantes.

Et ce concert All Stars enregistré au Sunside en février 2020 : Enrico Rava (trompette) Baptiste Trotignon (piano)Darryl Hall (contrebasse) Aldo Romano (batterie).

ENRICO RAVA / Facebook / Novembre 2020

Non, je ne peux pas m'y habituer.

 

Cette histoire de ne pas pouvoir voyager, voire de ne même pas pouvoir quitter ma ville, me pèse lourdement. J'ai passé les 60 dernières années (!) Toujours à voyager, à rencontrer les gens les plus divers, à manger les aliments les plus étonnants.

 

Maintenant je suis là, branché à la maison avec la circonstance aggravante d'avoir cet inconfort dans mes jambes (sténose vertébrale?).

 

Eh bien ... je dois juste me résigner et me consoler en pensant aux endroits que j'ai connus: le quartier San Telmo de Buenos Aires, avec cette merveilleuse bande-son qu'est le tango. Ou le Lower East Side de New York, aujourd'hui un quartier respectable et assez cher, mais à mon époque (c'était 67) une sorte de refuge pour tous les épaves de la ville, toxicomanes, alcooliques, sans-abri, sans avenir et avec un passé à oublier, mais où, miraculeusement, un bijou brillait, ce qui était probablement le club de jazz le plus spécial de New York: "Slug's", un boyau puant avec une petite scène à l'arrière où une musique aussi fantastique, nouvelle et surprenante qu'explosait chaque nuit .

Albert Ayler, Jackie McLean, Cecil Taylor puis Lee Morgan, Hank Mobley.

 

Combien de nuits j'ai passé dans ce trou, combien de musique brillante j'ai eu la chance d'écouter et combien de musique j'ai joué là-dedans avec les musiciens qui à peine quelques années auparavant semblaient inaccessibles: Shepp, Mobley, Cecil Taylor.

 

Et Berlin-Ouest, avant la chute du mur. Une sorte de paradis sur terre entouré de la grisaille et de la paranoïa de l'Allemagne de l'Est Une enclave du monde occidental, pleine d'artistes, de vie, de mouvement. Une ville où l'on pouvait tout acheter à toute heure du jour ou de la nuit, car l'idée était de mettre en valeur au maximum la différence abyssale entre Berlin-Ouest et Berlin-Est.

C'était en 1988 et j'y étais pendant 10 jours avec Cecil Taylor pour un concert par jour. Des journées inoubliables.

 

Et le Londres de 65.

L'ère des Beatles, de la musique expérimentale, des minijupes, des hippies, des anches au gogo et tout le reste.

 

Ou la première fois au Blue Note à Tokyo. Une ville fascinante, avec une civilisation et une éducation dont on ne rêve même pas. C'est le Blue Note inégalé le plus beau de tous les Blue Notes au monde. Avec un système d'amplification incroyable, un public exceptionnel et une cuisine inoubliable.

 

Sans parler de l'Italie.

 

Jouer cette musique signifie voyager dans tout notre pays, voire se retrouver dans des endroits surprenants où sans musique nous ne finirions jamais. Et nous nous rendons compte que l'Italie est vraiment merveilleuse et qu'il n'y en a pas pour personne.

 

Dommage les Italiens

(Je plaisante bien sûr ... ou pas?)

Écrire commentaire

Commentaires: 0