OCTOBRE 2014

Magnus Öström

 

Jupiter était le roi de tous les dieux pour les Romains, le Père céleste, le porteur de lumière. C'était lui que l’on invoquait lorsque la déesse du destin était  intervenu inopinément dans notre vie. C'est ce qui est arrivé au batteur suédois Magnus Öström, touché par un coup du sort il y a près de cinq ans, lorsque son ami, le pianiste Esbjörn Svensson, disparait. Ensemble, ils avaient révolutionné le monde du jazz depuis 1993 avec EST - Le Esbjörn Svensson Trio. 
 
Il a fallu deux ans à Magnus Öström pour trouver le chemin du retour à la musique après cet événement tragique, et sortir son premier propre album : "Thread of Life". Un travail de deuil, orné de mélancolie, qui cherche son propre chemin entre l’art-rock, les éléments électroniques et un lien plus étroit avec les sons de mélodies. L’album a été très bien accueilli à l'échelle internationale : Öström remporte le Prix Echo Jazz  de 2012 en tant que meilleur batteur international et la BBC Radio 3 a déclaré  « Quel bel et convainquant album... Le jeu est impeccable, les compositions vraiment inspirées, les arrangements magiques. » 
 
Öström présente maintenant l’album suivant, "Searching For Jupiter" (Act Music). Sa perte est encore palpable dans les morceaux profonds tels "Mary Jane doesn’t live here anymore » ou « Hour Of The Wolf », mais Öström a pris des mesures décisives pour aller de l’avant : Il a maintenant un groupe solide avec le guitariste Andreas Hourdakis, le bassiste Thobias Karlsson et le pianiste Daniel Karlsson. Ils ont travaillé rigoureusement pour obtenir un jazz rock et rock progressif « The moon (and The air It Moves)", par exemple, n'est pas sans rappeler les Pink Floyd. Un album plus optimiste, avec des mélodies qui jouent un rôle important ("Offbeatlaten "), qui se termine par un hymne d'espoir "At The End Of Eternity". 
 
Avec cet album, Öström fait un pas de plus pour faire sa paix avec le porteur de lumière, Jupiter

 

Magnus Östrom en concert au Cheval Blanc le dimanche 19 octobre 20h30


 

Jazz, à l'envie à la mort

Depuis les années 30, son avis de décès a maintes fois été publié. Alors, complètement «jazz been», le genre musical de John Coltrane et Miles Davis ? Points de vue de musiciens.

Lire la suite ...

 


Roberto Fonseca Solo

Roberto Fonseca seul sur une scène, l’événement est rare. En solo, le Cubain n’explore pas les musiques du monde : il se fait un monde de ses musiques intimes. Un moment intense et surprenant.

Cet évènement est programmé au Cheval Blanc en clôture de la saison Jazz le lundi 18 avril 2014.

Le mercredi 10 septembre dernier Roberto Fonseca a présenté son solo au public du Festival de la Villette.               Vidéo CITÉ DE LA MUSIQUE LIVE



Moutin Factory Quintet

 

Pour Lucky People, leur sixième opus, les jumeaux du jazz adoptent deux petits nouveaux et changent de son. François et Louis Moutin s'entourent de jeunes loups de la scène jazz européenne pour donner un souffle nouveau au projet défini voici douze ans avec leur fameux Moutin Réunion Quartet. Le jeu incisif et poétique du pianiste junior Thomas Enhco, le lyrisme des six cordes électriques de Manu Codjia et le grain de folie mélodique du saxophoniste Christophe Monniot entourent désormais le groove organique de François et Louis, contrebassiste et batteur. Avec Moutin Factory Quintet, les frangins mettent à profit la force de leur gémellité et prennent plaisir à catalyser les énergies. Le jazz de Lucky People se révèle subtil et se livre sous des dehors aisés, ce qui est l'élégance même.

 

Moutin Factory Quintet en concert au Cheval Blanc le samedi 14 mars 2015

 

Vidéo (Culturebox) Festival Jazz à Vienne 2014

 

 


Raul Midón


« Un homme libre, au-delà des étiquettes » : voici sans doute la meilleure façon de décrire cet artiste unique qu’est le chanteur/compositeur Raul Midón. Son style singulier et intemporel, mélange de pop, soul et jazz, lui a valu une standing ovation dès sa première apparition en public dans l’émission télévisée de David Letterman (puis, plus tard, chez Jay Leno). Cet artiste talentueux a voyagé aux quatre coins du monde pour diffuser un message d’espoir : « tu peux le faire, tu peux rester toi-même, et faire preuve d’audace ».
Avec trois parutions à son actif chez des majors (« State of Mind », « A World Within A World », et « Synthesis »), et d’innombrables apparitions sur les télévisions internationales et featurings sur les albums d’autres artistes, Raul Midón occupe une place à part dans le paysage musical mondial (sans doute bien plus importante que ce que l’on peut imaginer !). Raul Midón ne s’est pas seulement attiré l’admiration des fans ; il a aussi obtenu la reconnaissance des artistes les plus réputés de notre époque. Vous pourrez l’avoir aperçu dans plusieurs documentaires (à propos de Bill Withers, de Herbie Hancock, ou encore du légendaire producteur Arif Mardin – qui dit de Raul Midón qu’il était l’artiste que tout label se devait de signer !). Ses collaborations musicales sont également nombreuses et variées : d’un duo avec Jason Mraz à un album live avec le bassiste Marcus Miller, en passant par un concert avec Roberta Flack…